mardi 27 octobre 2009

Regards croisés

Première exposition au sein de la salle.





Pour cette première exposition, Sophie Mari et Marie Alexie Rohel vous propose une sélection de peintures et de collages.






« Le collage me permet de créer des univers fictifs et artificiels, à cheval entre la peinture et la photographie. Le collage physique ("opposé" au collage fait par ordinateur et photo réaliste) implique un certain décalage de proportions, de lumière ou d'échelle.
Je suis très inspirée par la peinture classique pour la mise en espace et l'attitude des personnages, mais aussi et surtout par la peinture médiévale pour cette façon dont le corps humain est représenté (scènes de Crucifixion, de descente de Croix), et par l'utilisation de la peinture dorée qui apporte une source de lumière.
Je me reconnais très peu dans les artistes qui utilisent le collage. On peut pourtant me rapprocher de Max Ernst dans sa série " une semaine de bonté" pour l'hybridation homme-animal et la réutilisation d'images préexistantes.
On peut dire que mes collages sont engagés en faveur de la cause animale, qui tient une place importante dans mes compositions. Les animaux sont des personnages propres et sont sur un pied d'égalité avec le personnage humain. La répétition de mon personnage va au delà d'une simple volonté narcissique. Etant seule, j'ai plus de liberté que si je devais diriger des modèles, et d'autres personnages brouilleraient mes propos. Les animaux étant déjà d'autres personnages, d'autres humains sont inutiles.
J'utilise beaucoup les mythologies (grecque/romaine/chrétienne), les symboliques des contes pour mettre en avant des expériences vécues et idées personnelles tout en permettant un hommage à la littérature (contes de Grimm), ou au patrimoine culturel (Abbatiale St Ouen, agneau Pascal) »

Ces collages trouvent un écho dans les toiles de Sophie Mari, par le biais notamment des thèmes proposés.

« Depuis trois ans mon travail fait apparaitre des notions d’espace, de corps, de déambulation, essentiellement au travers d’installations pénétrables par les spectateurs. Je provoque la rencontre avec l’autre et je lui fais partager un souvenir, un moment passé qui m’est personnel. Mais ma pratique artistique est plus variée, et de façon un peu plus réservée je dessine et je peins. Dans mes carnets je me renferme, comme dans un état second, je ne pense plus à rien et laisse place à un travail de ligne en noir et blanc, très graphique. La toile quand à elle me permet d’exprimer un ressenti, une émotion forte, lorsqu’il ne m’est pas possible de la faire vivre aux autres par le volume, ou lorsque cette sensation est trop indéfinie pour la mettre en espace. Je travaille très rapidement et instinctivement et il est rare que le sujet soit pensé au préalable. Le contact avec la surface est primordial, tout comme la spontanéité du geste. Comme dans le travail de Marie Alexie, on retrouve parfois des grands classiques de la peinture, ou des thèmes mythologiques qui m’inspirent inconsciemment. "

Site Sophie Mari

Myspace Marie Alexie Rohel



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire